zeldathemes
Real insight on French culture from a French native point of view.
Mostly run by Em, 26, living in Paris.
Welcome to AwesomeFrench !
Liberté, Egalité, Croque au Comté
Hello! First off, I love your blog. Thanks so much for all the help with French--you're awesome. I was wondering if you could recommend a couple of modern French books. Whenever I look for suggestions online, I get classic literature suggestions, which are wonderful, and I've been kicking around Proust and Balzac for a while, but I'd love something modern to work on my modern vocab (I'm studying in France this Fall-yay!) Thanks for the help!


Hm, recently, I read La Liste de Mes Envies by G. Delacourt, La Délicatesse by D. Foenkinos, L’Envie by S. Fontanel, Le Confident by H. Grémillon. I loved them a lot, especially the last two. They’re quite easy and fast to read. The first is a very good summer book. you can check those authors or more mainstream ones like Amélie Nothomb, Marc Levy, Guillaume Musso, Anna Gavalda, Bernard Weber.

Des nouvelles du front…littéraire!

viresqueacquiriteundo:

J’ai terminé dans le train que me ramenait à Nice Les Mémoires d’Hadrien, qui m’a émue aux larmes. (Donc préparez-vous à une longue extravaganza de citations!)

À ce propos d’ailleurs, je vous renvoie à une note de Marguerite Yourcenar à la fin du livre :

"Qui est Hécube pour lui ? se demande Hamlet en présence de l’acteur ambulant qui pleure sur Hécube. Et voilà Hamlet bien obligé de reconnaître que ce comédien qui verse de vraies larmes a réussi à établir avec cette morte trois fois millénaire une communication plus profonde qui lui-même avec son père enterré de la veille, mais dont il n’éprouve pas assez complètement le malheur pour être sans délai capable de le venger.”

Do you know any good, very good books on the French history in general (very detailled ones ? Ones that comprises many as possible) Thank you very, very much !

Anonymous

frenchhistory:

Another follower had a similar request a few months ago, so here are the recs she got:

  • La Belle France; a short history by Alistair Horne
  • A History of Modern France by Jeremy Popkin
  • A History of French Passions by Theodore Zeldin
  • The Discovery of France by Graham Robb
  • “The History of France” - Jan Baszkiewicz, but it’s a polish book. i dunno if it’s translated in eglish : (

I can add some French books recs, if you want.

And if anyone wants to complete this list, go ahead! That’d be really nice of you.

Je vais acheter ce livre, je pense :)

pallasathena55:

N’avez-vous jamais été assis, au restaurant, à la table voisine d’un couple silencieux ? Ils ont l’air marié depuis une éternité et de n’avoir plus rien à se dire depuis aussi longtemps. Ils s’évitent du regard et le temps semble s’écouler pour eux lentement. Comment en sont-ils arrivés là ? Vous ne le saurez jamais…

C’est à cette question que tente de répondre Dorothy Parker, dans La Vie A Deux, un piquant recueil de nouvelles sur le couple hétérosexuel et ses dérives dans l’alcool ou l’ennui (ou les deux, pour les moins chanceux…). Et c’est un point de vue fort intéressant, car les romanciers se sentent plutôt inspirés par l’Amour impossible qui vainc tous les obstacles et triomphe à la dernière page.

Dorothy Parker, contemporaine et amie de Francis Scott Fitzgerald, nous peint en noir les Années Folles. Son livre est d’ailleurs un excellent contre-point à Gatsby le Magnifique. La Vie A Deux nous emmène chez Monsieur et Madame Tout-Le-Monde, dans leur salon, dans leur cuisine, voire dans leur chambre à coucher. Et l’auteur nous y dévoile les dessous sales, la corruption des corps et des esprits, le naufrage des espérances, la petitesse de l’humanité.

Le ton est sec, les termes sont crus, le propos est cynique. Ce livre et cet auteur avaient donc tout pour me plaire ! Il est un remède parfait au romantisme littéraire, qui dégouline des étagères et poisse les doigts et les esprits… 

JEROME FERRARI - Le Sermon sur la chute de Rome.

viresqueacquiriteundo:

               Moi qui ait tendance à me méfier des prix Goncourt, je n’ai pas été déçue par le roman de Jérôme Ferrari.

image

 

Ce livre, très bien écrit, fait penser à du Zola avec l’étude du milieux corse, l’atavisme et la transmission des tares, des médiocrités. 


           Il n’est pas surprenant que dans cet univers en ruines, ce monde qui n’en finit pas de mourir, le seul personnage qui tire son épingle du jeu soit une archéologue. La seule capable d’un peu de distance et de lucidité.


          Des générations qui se suivent et se ressemblent dans leur échec, un petit côté tragédie à l’Antique, un arrière-fond philosophique à la Saint-augustin, une chute de l’Empire romain, mais aussi de l’Empire colonial français, une corse en voie d’extinction, une France contemporaine qui n’en mène pas large et un grand-père qui meurt, que tout le monde oublie et qui emporte avec lui tout un pan du monde qui n’existera plus…

pallasathena55:

Mille et unes premières choses m’auraient été possibles en arrivant dans ma villégiature de vacances (bref, chez mon meilleur ami). Mais il a fallu qu’à peine la porte refermée, je me jette dans les bras de Nadine de Rothschild. Ce fut plus fort que moi. Je n’ai pas décroché de son merveilleux manuel de savoir-vivre et l’ai lu d’une traite. Chaque page fut l’occasion d’une fureur, d’une indignation, d’un éclat, d’une colère. J’ai également ri, de ses plaisanteries, de ses remarques et d’elle. Surtout, d’elle.
 
Ce manuel est évidemment une horreur, une abomination, une peste. Jamais je n’ai vu s’étaler en si peu de pages, autant de condescendance, de paternalisme, de dédain, de prétention. Le ton est digne d’une institutrice primaire. Le propos est scandaleusement réactionnaire, conformiste, hypocrite, passéiste. L’image de la femme ! Le sexisme ! Nadine est passée à côté de la révolution des moeurs ! Penser à ce qu’elle est : une petite actrice sans succès, une pin-up qui a tourné nue, une petite chose qui n’a pas fait d’études et s’est contenté d’épouser un banquier. Et vingt-ans plus tard, la voilà soudain bien placée pour donner des conseils aux ignorants.
 
C’est d’ailleurs là tout l’abîme et tout l’abyme de ce livre et de sa vie. Elle l’avoue dès le début : les vraies bonnes manières, le vrai savoir-vivre s’apprend… dès la naissance, au contact de sa famille et de gens bien. Rarement dans un livre. Et si l’on a besoin d’un livre pour être bien élevé, c’est qu’on ne l’est pas. Dès lors, son projet social me semble reposer sur des bases tronquées : elle veut éduquer des personnes qui ne pourront jamais appartenir à son monde, tout en leur laissant miroiter la possibilité de malgré tout y entrer. Comme elle… Sauf qu’elle a utilisé d’autres choses que ses bonnes manières pour épouser Monsieur le Baron…
 
Mais le pire dans tout cela, le plus affreux, qui me tue littéralement à chaque page, c’est qu’au fond, au fond du fond… elle a raison ! Il n’y a pas un seul paragraphe où elle ait tort, pas une seule sentence avec laquelle je sois en désaccord. L’élégance, le savoir-vivre, l’éducation sont des atouts importants dans la vie, les sésames de la société. Malgré tout, malgré le progrès, le XXIe siècle, la banalisation des moeurs. Nous l’avons éprouvé à plus d’une reprise : être distingué, bien habillé, cultivé, mondain ouvre des portes. Mieux encore : cela modifie l’image qu’ont les gens de nous. Leur première impression est flatteuse, ils pensent que nous sommes nés dans de hautes sphères. Sourions et soyons aimable avec eux : aussitôt, ils sont conquis.
 
Il y a donc un vif paradoxe qui me tient suspendu au fil de la plume de Madame la Baronne. J’ai d’ailleurs vérifié sa biographie. Elle a publié toute une bibliothèque, la chère. Mais j’ai aussi constaté qu’elle avait 81 ans. Cela explique sans doute pourquoi, elle s’est fait plus discrète récemment. L’âge… C’est un peu cynique, mais le jour où elle mourra, il faudra que nous fassions quelque chose en sa mémoire. L’idéal serait d’assister à ses funérailles. Mais cela risque d’être près de Bordeaux, où est enterré son mari… Nous verrons bien…

Magique.

La Délicatesse, David Foenkinos.

La Délicatesse, David Foenkinos.

unehirondellenefaitpaslemoine:

Billy Brouillard, une collection de magnifiques livres, de Guillaume Bianco. 
Paranormal, comptines, cryptozoologie, sirènes, vampires, contes, poèmes, fantasmagories, chansons et dessins exceptionnels ! 

à acheter, à lire, et à re-lire !

Which Frech magazines do you read? And which magazines do you recommend for teenage girls? I just want to learn the 'magazine french'.

Anonymous

I don’t read French magazines, I only read news online. I read the French version of the Huffington Post, Le Monde, Le Figaro, Le Nouvels Obs but that’s pretty serious stuff so…  

For girly stuff :
Biba, Jeune et Jolie, Grazia, Girls, Glamour

News and stars stuff :
Closer, Public

Movies, Music: 
Première, Studio Ciné Live,  Les Inrocks 

Science, world, politics: 
L’Etudiant, Phosphore, Géo, Science et Vie, Historia, Science et Avenir

Languages : 
Vocable

frenchhistory:


Madeleine de Scudéry (1607-1701)
@credits

Madeleine de Scudéry (15 November 1607 – 2 June 1701), often known simply as Mademoiselle de Scudéry, was a French writer. She was the younger sister of author Georges de Scudéry.
Born at Le Havre, Normandy, in northern France, she is said to have been very plain as well as without fortune, but she was exceedingly well-educated. Her father, captain of the port in Le Havre, died in 1613 with her mother following shortly after. Madeleine and her brother Georges de Scudéry were placed in the care of an uncle who cared for them very well. He gave Madeleine an abnormally well-rounded education: she studied writing, spelling, drawing, dancing, painting, and needlework. In addition, on her own, Madeleine studied agriculture, medicine, cooking, Spanish, and Italian. Her works also demonstrate comprehensive knowledge of ancient history that it is suspected she had received instruction in Greek and Latin. In 1637, following the death of her uncle, Scudéry established herself at Pariswith her brother. Georges de Scudéry became a playwright. Madeleine often used her brother’s name to publish her works. She was at once admitted to the Hôtel de Rambouillet coterie, and afterwards established a salon of her own under the title of the Société du samedi (Saturday Society). For the last half of the 17th century, under the pseudonym of Sapho or her own name, she was acknowledged as the first bluestocking of France and of the world. She formed a close friendship with Paul Pellisson which was only ended by his death in 1693. She never married.

frenchhistory:

Madeleine de Scudéry (1607-1701)

@credits

Madeleine de Scudéry (15 November 1607 – 2 June 1701), often known simply as Mademoiselle de Scudéry, was a French writer. She was the younger sister of author Georges de Scudéry.

Born at Le Havre, Normandy, in northern France, she is said to have been very plain as well as without fortune, but she was exceedingly well-educated. Her father, captain of the port in Le Havre, died in 1613 with her mother following shortly after. Madeleine and her brother Georges de Scudéry were placed in the care of an uncle who cared for them very well. He gave Madeleine an abnormally well-rounded education: she studied writing, spelling, drawing, dancing, painting, and needlework. In addition, on her own, Madeleine studied agriculture, medicine, cooking, Spanish, and Italian. Her works also demonstrate comprehensive knowledge of ancient history that it is suspected she had received instruction in Greek and Latin. In 1637, following the death of her uncle, Scudéry established herself at Pariswith her brother. Georges de Scudéry became a playwright. Madeleine often used her brother’s name to publish her works. She was at once admitted to the Hôtel de Rambouillet coterie, and afterwards established a salon of her own under the title of the Société du samedi (Saturday Society). For the last half of the 17th century, under the pseudonym of Sapho or her own name, she was acknowledged as the first bluestocking of France and of the world. She formed a close friendship with Paul Pellisson which was only ended by his death in 1693. She never married.

Hi Em, I hope that this message finds you doing well. In the past year I have taken an interest in French literature, and I have read a selection of the classics: Guy de Maupassant, Flaubert, Balzac, and I have really enjoyed them (in French, of course). I wanted to ask if you could recommend some more contemporary literature that might also give me some insight into more modern day France society. Thank you very much in advance! -River


To be honest, I read very few novels so I asked a friend who runs a bookshop to do a list for me to answer you, so I have names but I don’t know what it’s worth. However, I trust my friend, she has awesome taste and a very critical eye when it comes to Literature so… Let’s go : 

  • Amélie Nothomb
  • Tatiana de Rosnay
  • Anne Berest
  • Didier Van Cauwelaert
  • Eric-Emmanuel Schmitt
  • Matthias Enard
  • Olivier Adam
  • Daniel Picouly
  • Jean d’Ormesson
  • Virginie Despentes
  • And two classics but she doesn’t really like them: Guillaume Musso and Marc Lévy.

Happy reading!  

[Book] Best seller de la rentrée littéraire : “Kaïken” par Jean-Christophe Grangé

« - Un kaïken. - Tu sais à quoi ça sert ? - C’est avec ce poignard que les femmes samouraïs se suicidaient. Elles se tranchaient la gorge… » Olivier Passan de la Criminelle. Un solitaire fasciné par le Japon traditionnel, un samouraï des temps modernes, lancé dans la traque d’un insaisissable criminel, « l’Accoucheur », qui éventre les femmes au terme de leur grossesse pour brûler le fœtus. Ce flic tourmenté, complexe, cherche à comprendre les raisons du naufrage de son couple : Naoko, sa femme japonaise, a demandé le divorce mais ils se sont entendus pour une garde alternée de leurs deux enfants. Cette vie de famille chaotique est au centre de l’intrigue, qui joue des similitudes entre l’histoire personnelle de Passan et celle du serial killer que l’on est tenté de voir comme son double monstrueux. Mais le suicide de l’Accoucheur ne résout rien et Passan devra aller jusqu’à Tokyo rechercher la clé de l’énigme… Un thriller ambitieux, magnifiquement soutenu de bout en bout. Loin des clichés habituels, le Japon occupe une place prépondérante dans le déroulement d’une intrigue imprévisible où Grangé confère à ses héros une surprenante densité psychologique. Du Vol des cigognes au Passager, un auteur de thrillers uniques, régulièrement adaptés au cinéma. Le seul romancier français capable de rivaliser avec les maîtres internationaux du genre, traduit dans une trentaine de langues. « Grangé a le chic de rendre crédible ce que son imagination débordante invente de façon totalement débridée.» Le Figaro

Thriller, Aux éditions Albin Michel.

You can order here

[Book Recommendation] Le Magasin des Suicides, by Jean Teulé

 La famille Tuvache s’est spécialisée depuis des générations dans l’article du parfait suicide. Malheureusement pour elle, le petit dernier a le goût du bonheur. Un comble ! Dans un univers à la Tim Burton, Teulé nous embarque dans une histoire drôle et décalée très réjouissante !

Review : « Si vous aimez l’humour noir, ce livre est un régal. Rien n’est glauque et l’on se prend à rire de l’énumération de suicides possibles. À lire sans crainte ; il vous aidera même à vous remonter le moral ! »

[Article] Rentrée Littéraire: Les 7 romans les plus…

Une rentrée littéraire de crise ? 646 romans paraissent à l’automne, contre 654 l’an dernier, soit une baisse de 1,2% selon Livres Hebdo. Refusant de se laisser gagner par la morosité, nous avons listé sept romans superlatifs de la rentrée : le plus geek, le plus gourmand, le plus présidentiel, le plus long, le plus mathématicien (fou)…

Les traits saillants de la rentrée 2012, tels que livrés par le magazine professionnel Livres Hebdo ? 646 romans annoncés pour l’automne, dont 426 romans français et à peine 69 premiers romans, chiffres les plus faibles depuis 2002 (2001 pour les premiers romans).

Prudents, les éditeurs se sont rabattus sur les valeurs sûres et ont limité les risques. Avant la rentrée, liste de sept romans français intrigants parce qu’ils sont le plus …

Le plus geek

Le thème du premier roman d’Aurélien Bellanger, 32 ans, ancien libraire,  a déjà fait le tour de la Toile.

"La théorie de l’information" (Gallimard) retrace la révolution numérique des quarante dernières années, du minitel à Internet. Elle s’inspire, semble-t-il, de la trajectoire fulgurante d’un des rares milliardaires français qui n’ait pas hérité sa fortune : le vice-président d’Iliad (Free), Xavier Niel.

"Adolescent solitaire épris d’informatique", le héros du livre, "pornographe amateur, pirate récidiviste et investisseur inspiré, deviendra l’un des hommes les plus riches du monde"(annonce l’éditeur).

Livres Hebdo prédit un beau destin à ce roman de cinq cents pages, probablement “une des sensations de la rentrée”. Un détail encore : il y a deux ans, l’auteur avait publié un essai consacré à “Houellebecq, écrivain romantique”. Voilà qui désigne un modèle, une ambition et une vision du monde (ou de la littérature).

Aurélien Bellanger se serait inspiré de la trajectoire de Xavier Niel pour son premier roman

Aurélien Bellanger se serait inspiré de la trajectoire de Xavier Niel pour son premier roman © C.Helie/Gallimard

 

Le plus présidentiel

Laurent Binet sera-t-il le Yasmina Reza de François Hollande ? “Le beau gosse agrégé de lettres”, comme l’avait décrit Valérie Trierweiler qui passe pour l’avoir introduit auprès de l’ex-député de Corrèze, s’est glissé pendant la campagne dans le "Hollande tour" (la cohorte des journalistes qui suivait le candidat socialiste).

Récit-gonzo (hautement subjectif)  de cette accession au pouvoir, “Rien ne se passe comme prévu” repose sur un insoutenable suspense : “l’auteur, qui observe jour après jour l’altération de sa subjectivité, va-t-il finalement se convertir à la sociale-démocratie et voter Hollande ou tenter le diable, oublier 2002 et voter Mélenchon ?”

Grasset, qui va soigner la sortie, compte décrocher le gros lot comme l’avait fait Flammarion avec “L’Aube le soir ou la nuit”. Ce court texte de Yasmina Reza sur la conquête de l’Elysée par Nicolas Sarkozy avait été un des best-sellers de 2007.

Pour Laurent Binet, 'Rien ne se passe comme prévu'

Pour Laurent Binet, “Rien ne se passe comme prévu” © DR - Grasset

Le plus long - et le plus emballant ?

1770 pages, diantre ! De quoi rivaliser avec la fibre feuilletonniste d’un Alexandre Dumas ou d’un Eugène Sue payés à la ligne. Le plus long roman de la rentrée, “Dans les plis sinueux des vielles capitales” de Sylvie Taussig, est publié chez Galaade, petite maison de qualité.

Comment justifie-t-elle un choix si hardi ? “Il s’agit d’un roman qu’on avait dans les bagages depuis cinq ans”, s’enthousiasme-t-on chez l’éditeur. “C’est une oeuvre monstre où tout se rejoint, et une écriture singulière”.

Née en 1969, l’auteur, traductrice de la philosophe Hannah Arendt, fait de la recherche au CNRS. Au critique paresseux, Galaade envoie un emballant “livret avec le synopsis”,  qui donne furieusement envie de plonger dans ce roman tentaculaire sur Paris, ville monde et cité millénaire.

'Dans les plis sinueux des vieilles capitales'

"Dans les plis sinueux des vieilles capitales" © Galaade

 

Le plus mathématicien 

"Albert Einstein aimait à dire : "je ne vais à mon bureau que pour avoir le privilége de rentrer à pied avec Kurt Gödel" (quatrième de couverture).

Signé Yannick Grannec, “La déesse des petites victoires” raconte, par la voix de sa femme Anna, l’histoire de ce mathématicien et logicien de génie (1906-1978) qui avait fui l’Autriche après l’annexion nazie, pour rejoindre les Etats-Unis.

Dépressif, paranoïaque, inapte à la vie quotidienne, il fut à deux doigts d’expliquer au juge chargé de sa naturalisation qu’il avait trouvé une faille logique dans la Constitution américaine permettant de transformer légalement le pays en dictature.

La figure exceptionnelle de celui qui fut surnommé, enfant, “Herr Warum” (Monsieur pourquoi) avait déjà inspiré des livres de haut vol (comme Gödel, Escher et Bach, les brins d’une guirlande éternelle). L’on se réjouit qu’un roman grand public puisse enfin populariser cette vie hors du commun dans un siècle tourmenté.

Yannick Grannec, auteur d'un roman sur le mathématicien Kurt Gödel

Yannick Grannec, auteur d”un roman sur le mathématicien Kurt Gödel © Bruno Charoy

 

Le plus gourmand

"Retrouvailles à l’appartement de Flore. Elle me prépare des encornets avec un joli vin blanc. C’est vif. Rien de plus troublant qu’un plat fait maison. Prenez et mangez, ceci est mon corps." Voilà un extrait de roman qui met autant en appétit que son titre coquin ("Dans ma bouche", Flammarion).

Quoi de plus normal puisque l’auteur s’appelle François Simon, critique gastronomique réputé du “Figaro” ? Au menu de son roman, émotions culinaires et conquêtes féminines, de Bretagne au Japon et de Paris à Hong Kong. Il faudra attendre la mi-septembre -date de sa sortie- pour juger si l’oeuvre est poivrée, suave ou fondante.

Le plus fantastique

Linda Lê, une des plus belles écritures de la littérature française, revient à la rentrée 2012 avec “Lames de fond” (chez Christian Bourgois). Un roman hanté par les thèmes habituels de l’écrivain: l’amour, l’immigration, l’altérité, le poids de la langue.

"Je n’ai jamais été bavard de mon vivant. Maintenant que je suis dans un cercueil, j’ai toute envie de soliloquer." Ainsi commence le livre et le récit de Van, immigré vietnamien qui se souvient, du fond de son cercueil, de sa dernière année d’exil en France.

Dès “Les évangiles du crime”, coup de maître publié à moins de trente ans, en 1992, Linda Lê a soudé autour d’elle une secte d’adorateurs. Ce public conquis devrait, une fois de plus, être fidèle au rendez-vous.

Linda Lê, qui publie 'Lames de fond'

Linda Lê, qui publie “Lames de fond” © Mathieu Bourgois

Le plus habituel

C’est devenu un rituel : Amélie Nothomb scelle le 23 août la rentrée littéraire avec son roman annuel, le 21e en deux décennies.  Celui-ci s’intitule “Barbe Bleue”, réécriture de son “conte de fées préféré”, a-t-elle confié à Livres Hebdo. La surdouée cérébrale a-t-elle mis un peu de chair autour du sang annoncé ? 2012, bon ou mauvais cru, vingt ans après “Hygiène de l’assassin” ?

Les pour et les contre s’écharperont, mais Albin Michel parie comme d’habitude sur un best-seller (tirage de départ à 200.000 exemplaires) signé du plus rentable de ses auteurs. Que pèse la critique quand le public a tranché, avec quinze millions d’exemplaires vendus en France depuis vingt ans ?

Amélie Nothomb réécrit 'Barbe Bleue'

Amélie Nothomb réécrit “Barbe Bleue” © FRANCOIS LO PRESTI / AFP