zeldathemes
Real insight on French culture from a French native point of view.
Mostly run by Em, 26, living in Paris.
Welcome to AwesomeFrench !
Liberté, Egalité, Croque au Comté

Euphémismes

Géopolitique

  • « Pays en voie de développement »« pays du sud » ou « pays émergents » pour désigner les « pays sous-développés », en opposition aux « pays riches » de l’hémisphère nord.

Société 

  • Les « personnes de couleur » pour des personnes dont la couleur de peau est différente de celle du locuteur.
  • « SDF » pour « sans domicile fixe » dans la terminologie policière et administrative (auparavant : « vagabond », « mendiant », « clochard »), alors que le SDF est souvent « sans domicile » tout court (un « sans abri ») ; en outre ce sigle, dépourvu de sens propre, évite l’emploi de mots désignant clairement la réalité gênante.
  • « Troisième âge », « sénior » pour vieillesse, vieux.
  • « Défavorisé » ou « Modeste » pour pauvre3.
  • « Intégration » dans l’usage français, pour « assimilation (volontaire) des populations allogènes », le terme « assimilation (forcée) » étant devenu quasiment tabou.

Handicap

  • « Handicap » est un euphémisme pour « infirmité » ou « invalidité ». Le pape Jean-Paul II avait évoqué les « victimes de la vie ».
  • « Non-voyant » pour désigner un aveugle (toutefois, « malvoyant » n’est pas un euphémisme, mais une réelle différenciation entre les vrais aveugles et les personnes à qui il reste un peu de vue, même infime, mais qui sont tout de même handicapées).
  • « Malentendant » pour désigner un sourd (cf. supra).
  • « Être diminué » pour signifier « être handicapé ».
  • « Enveloppée », « forte », « costaud » pour désigner une personne présentant une surcharge pondérale importante, voire carrément obèse.
  • « Personne à mobilité réduite » peut être un euphémisme, lorsqu’il s’applique à des paraplégiques par exemple, mais surtout il permet de prendre en compte les personnes dont la mobilité est réduite par d’autres facteurs que le handicap physique permanent : voyageur chargé de valises, utilisation de poussette, ou de béquilles à cause d’un plâtrage provisoire…)

Mort 

Les euphémismes sont monnaie courante pour désigner la mort, la maladie et le deuil, ces derniers étant des sujets hautement anxiogènes et susceptibles de heurter la sensibilité des locuteurs.

  • La maladie :
    • « mourir des suites d’une longue maladie » pour « mourir d’un cancer ».
  • Pour l’avortement:
    • « interruption volontaire de grossesse (IVG) » ;
  • Pour signifier le fait de mourir :
    • « rejoindre les étoiles » ;
    • « disparaître » ;
    • « ne plus être » ;
    • « s’éteindre » (c’est aussi une métaphore, puisque la vie est comparée à la flamme d’une bougie qui s’éteint) ;
    • « nous quitter » ;
    • « s’en aller » ;
    • « partir dans un autre monde » ;
    • « aller vers d’autres soleils » ;
    • « passer de l’autre côté » ;
    • « passer l’arme à gauche » ;
    • « rejoindre » (ses aïeux, etc.) ;
    • « être fauché (‹dans la fleur de l’âge›, poncif) » (formule qui peut également être considérée comme une hyperbole selon le contexte);
    • « être emporté »
    • « prendre congé de la vie »
    • « manger des pissenlits par la racine »
  • La mort :
    • « la voyageuse de nuit » (c’est aussi une métaphore puisque la mort est comparée à l’obscurité de la nuit) ;
    • « la disparition »
    • « le rappel à Dieu »
    • « la perte cruelle »
    • « le repos éternel »
  • Le cimetière :
    • « le boulevard des allongés »
    • « la demeure d’éternité »
    • « la rue des orangers (os rangés) »

Sexe 

  • « Promiscuité », « intimité », « relations intimes », « être intime de » pour désigner des relations sexuelles ;
  • « Connaître » (sens biblique) pour désigner des relations sexuelles ;
  • « Du plaisir » pour désigner les relations sexuelles (c’est aussi une métonymie, puisque le sexe est désigné par l’un de ses effets) ;
  • « Payer en nature » pour signifier avoir « des relations sexuelles en échange d’un service » (c’est aussi une syllepse de sens) ;
  • « Nuits partagées » et « coucher avec » pour signifier des soirées ponctuées de relations sexuelles ;
  • « Sans tabous », « ne pas avoir de tabous » pour désigner des pratiques sexuelles jugées plus extrêmes (sodomie, BDSM…).

Guerre 

  • « Pacification » pour désigner une opération militaire (c’est aussi une métonymie, puisque la guerre est désignée par l’un de ses effets supposés) ;
  • « Opération » pour « attentat »,
  • « Exécuter un otage » pour l’assassiner,
  • « Ratissage » (comme pour les feuilles mortes ou les mauvaises herbes), « nettoyage » pour désigner une opération militaire (c’est aussi une analogie, puisque l’adversaire est considéré comme de la saleté, de la poussière ou du chiendent) ou même un « génocide »
  • « Frappe chirurgicale » ou « frappe ciblée » pour désigner un bombardement ;
  • « Dommages collatéraux » pour désigner la mort de civils ou des dégâts sur un pays voisin non belligérant ;
  • « Événements », « insurrection » pour désigner de violents combats, voire une guerre : « les événements d’Algérie » pour désigner la Guerre d’Algérie.
  • « Balle perdue » pour désigner une erreur de tir (c’est aussi une synecdoque, puisque le tir est désigné par le projectile) ;
  • « Feu ami » (de l’anglais « friendly fire »), pour un tir blessant ou tuant ses propres troupes ;
  • « Munition » pour désigner les munitions « de guerre » : bombes, balles, etc.

Crime

  • « Solution finale » pour le génocide des Juifs selon le code des nazis ;
  • « Contrat » pour assassinat commandité.